Interview Radio Classique du 10 septembre 2014

APPLE applique les recettes marketing de PROCTER

Mon traducteur de « Bigger than bigger » (bannière promotionnelle de l’iPhone 6 sur le site apple.com) me propose « APPLE lave plus blanc que blanc ». J’ai cliqué « I agree »…

L’ère de Tim Cook, ce sont des marketeurs du masstige : YSL, Burberry (connected stores), Beats… La « watch » a été immédiatement présentée en 18 exemplaires. L’iPhone 6, pardon les deux iPhones 6, rivalisent sur la taille de leur écran. La « watch » ne s’appelle pas « iWatch », dans la série des iPod, iPhone, iPad, iTunes, noms génériques destinés au dictionnaire, mais « Apple Watch », appellation propriétaire. Bref, c’est la communication à coup de marteau : dans un spot de 30 secondes, répétez 5 fois le nom de votre marque.

APPLE poursuit sa logique de « swatchisation » pour recruter des consommateurs dans le « ventre du marché ». Avec des prix inspirés de NESPRESSO, LONGCHAMP, GUCCI, LV etc. La marque culte, recrutant d’abord des technophiles, est devenue une marque iconique, un logo qui se comporte comme le monogramme des maisons dites de « luxe » (LVMH etc.). A priori cette stratégie a toutes les chances de réussir. Elle laisse le champ libre à une nouvelle marque pionnière qui ravira la place longtemps occupée par Apple grâce au double lancement de l’entreprise (1977 et 1996, avec la fondation et le retour de Steve Jobs). Et relèguera Apple du côté des marques « historiques », – bien, belles, opérationnelles mais ne soulevant plus les foules. Ainsi en va-t-il du cycle de vie des marques.

http://www.radioclassique.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website